Passer au contenu principal

BESTIARUM

Osteology and Natural History
Home  Gallery  Techniques  General information  Links  Bestiarum Osteology   
Cleaning > Degreasing > Whitening > Articulation > Display and Conservation >  
As for cleaning, there is several degreasing techniques.

I won't cover all of them here, and will stick to the one I use myself or some I experimented with.

To begin with, what's the point of degreasing? Well, bones contain grease, in various amounts depending on sex, age, species and various life history traits. For example, some reptile bones almost don't even need any degreasing. On the other hand, fish are typically very greasy, as are some mammals, especially pigs, marine mammals as well as some cervids. Some whale skeletons in museums are still soaking grease after more than a hundred years for example.

If not removed, the grease will set into the bone and soak to the surface, resulting in two kind of problems: the first issue is aesthetic: the bones will have an unpleasant colouration (yellow, brown, etc, and possibly mold), texture and smell. The second issue is more of a problem conservation wise, as the chemical structure of grease will be modified, resulting in an acid environment, which can alter and damage the bone structure. So in order to have a nice, clean and durable specimen, degreasing is a very important step.

There's a lot of products out there that can be used as degreasers, all with their pros and cons.


Depending on what you want to degrease there's a couple of methods that work very well.


For big, sturdy bones and skulls, such as mammals, the easiest (and cheapest) way to go is a prolonged soak in hot water+detergent, such as dish washing liquid. Water should be kept between 40 and 60 Celsius degrees.

You can easily rig up a degreasing tank with an insulated bucket and an aquarium heater. Then leave the skull in the water with the detergent and change the water when it gets cloudy as grease is removed from the bone. In the US, the best detergent seems to be Dawn, however it is not available in Europe. I've heard Europeans mentioning Palmolive, but I think they're pretty much all the same.

The thing to remember here is to use clear detergent, otherwise you could end up with pink, blue or green tinted bones depending on what you used. A coloured detergent will not always stain the bones, but it seems to be a common occurrence, so use clear just to be on the safe side.

So it's pretty simple and costs are kept to a minimum. The main downside of the method is the time it can involve. Here you're usually looking at 4 weeks degreasing minimum, and some species (such as pigs and bears for example) can take up to six months or more. So this is really something to take into account. And, as I mentioned earlier, this method is only suitable for big specimens, such as large bones and adult mammal skulls. Smaller and juvenile specimens will completely fall apart due to the prolonged soak in water, and this is something you want to avoid.

Alternatively, it can also be used on big reptiles such as adult crocodilians, but the process will have to be carefully monitored, as crocodilians are not fun and quite complicated to put back together.

Some people also add some ammonia to the mix to speed up things, but I never tried it myself, so you might want to look around the taxidermy.net forum for more details on this.


Then, for smaller and more delicate stuff, for example birds, reptiles, fish, small mammals, the best way to go is acetone. Acetone is an organic solvent that will loosed up an remove the grease inside the bones. It does not damage the ligaments, so specimens can be degreased for an extended period of time without falling apart.

A few things to take into account here: acetone can only be kept in glass, metal or polyethylene containers, and it'll dissolve most plastics. You can safely keep it in those big canyoning/kayaking drums. Look out for a ''2'' or a triangular symbol on the underside of plastic containers, it means you can store acetone inside. It can also be used to loosen up grease on big specimens before putting them back in water and dawn for further degreasing.

Acetone can also be changed when it becomes loaded with grease. I heard about some techniques to filter it and recycle it, but never tried it and I don't know if it works very well.

For delicate specimens, acetone can be just evaporated or rinsed with water+detergent to help remove the remaining grease. I'll not harm the bone, so you can safely go back to degreasing after whitening if you feel there's some grease left. But never transfer a specimen from acetone to hydrogen peroxide directly, as they can react together. Be sure to rinse the specimens in between so all acetone or peroxide is removed before changing solution.

And as it is a solvent, use it in a well ventilated area.


Regardless of the method used, drilling the epiphysis of long bones can help the process a lot, but is not necessary on small specimens.


Before I started using acetone, I also tried several other products, such as ammonia and white spirit. I wasn't very satisfied with the results, and ammonia smell is just terrible. However a lot of people use it along with the dawn/hot water method I described above to speed up things.

And then, there's a lot of other products, some of them mentioned in the maceration guide I posted in the ''cleaning'' section, which can be pretty dangerous to use, but to each its own.


A fellow collector, Jean-Christophe Theil, also found out that adding salt to the water of the degreasing solution seems to help removing the grease, but I have not tried this method yet. Salt also seems to have a whitening effect to some extend.

So always remember, safety's first!



Fish skulls degreasing. Note the yellow collor of the acetone, loaded with grease, meaning it needs to be changed.



=================================================================================



    De même que pour le nettoyage, il existe plusieurs techniques de dégraissage, et de la même manière, je ne vais pas toutes les détailler ici mais m'en tenir à ce que j'utilise ou ai déjà utilisé.

Pour commencer: pourquoi dégraisser? Les os sont un tissu vivant et contiennent de la graisse en quantité variable, selon le sexe, l'âge, l'espèce et autres facteurs. Certains reptiles ne nécessitent presque pas de dégraissage, alors que les poissons sont typiquement très gras (encore que ça dépende des espèces), de même que certains mammifères, en particulier suidés, mammifères marins et cervidés par exemple. Les squelettes de baleine de certains musées recrachent encore de la graisse même après plus d'un siècle par exemple.

Si la graisse n'est pas retirée lors d'une préparation ostéologique, ça peut poser une certain nombre de problèmes. Esthétique d'abord, parce que l'os aura une couleur jaune ou brune, ainsi qu'une texture et odeur désagréable, qui peuvent également entraîner l'apparition de moisissures.

Le second problème est plus ennuyeux du point de vue de la conservation, dans la mesure ou la structure chimique des graisses va se modifier avec le temps, et entraîner une acidification du milieu qui va dégrader le collagène de l'os et endommager sa structure.

Donc pour avoir un spécimen propre, bien préparé et durable, le dégraissage est une étape indispensable.


Plusieurs méthodes donc, avec leurs avantages et inconvénients respectifs.


Pour les os solides et de grande taille, comme beaucoup de mammifères adultes, la méthode la plus simple et la plus économique est une immersion prolongée en eau chaude + détergent, comme du produit vaisselle. L'eau devrait être maintenue entre 40 et 60 degrés mais pas au dessus pour évider d'abîmer l'os.

Un bac de dégraissage est assez simple à mettre en place, avec un seau ou un grand bac d'eau (isolé de préférence) et un chauffage thermostaté. L'eau à seulement besoin d'être changée lorsqu'elle devient vraiment sale et chargée en graisses.

Aux USA, le meilleur détergent pour dégraisser semble être le Dawn, apparemment difficilement trouvable en Europe. J'ai entendu des européens mentionner Palmolive, mais je pense que plusieurs marques conviennent à cet usage. Mais attention à utiliser un détergent transparent, parce que les liquides vaisselle colorés peuvent donner des os verts, bleus ou roses. Ce n'est pas systématique, mais c'est apparemment relativement fréquent, donc autant ne pas prendre le risque.

C'est donc une méthode très simple à mettre en place mais qui présente deux inconvénients majeurs.

D'abord le temps de dégraissage: il est d'un mois minimum, voire beaucoup plus pour certaines espèces/spécimens qui peuvent prendre jusqu'à 6 mois ou plus. Et ensuite elle n'est absolument pas adapté à des spécimens plus petits ou délicats qui tomberont complètement en pièces en cas d'immersion prolongée.

Cette technique peut cependant être utilisée sur de gros reptiles comme les crocodiliens adultes, à condition de surveiller attentivement le processus et de prendre des dispositions pour que le crâne ne tombe pas en pièces (avec des gros élastiques par exemple). La mandibule est très facile à reconstituer, mais ce n'est absolument pas le cas du crâne.

Certaines personnes ajoutent également un peu d'ammoniaque au mix pour accélérer le processus, mais c'est quelque chose que je n'ai jamais essayé. Voir le forum de taxidermy.net pour les anglophiles pour plus d'informations.


Pour les spécimens de petite taille, immatures, délicats, etc, comme les reptiles, oiseaux, poissons...la meilleure solution est d'utiliser un solvant organique, comme l'acétone. L'acétone va diluer les graisses et les rendre plus faciles à retirer. Les ligaments ne sont pas endommagés par le processus, donc les spécimens peuvent être mis à dégraisser pendant des périodes importantes.

L'acétone peut être changé quand trop chargée en graisse, et réutilisée sur d'autres spécimens en début de dégraissage en utilisant la technique des bains perdus.

Il existe des techniques de filtrage/recyclage de l'acétone, mais qui apparemment ne donnent pas des résultats excellents.

Une ou deux précautions à prendre en compte:

Déjà travailler dans des endroits bien ventilés d'une part, et utiliser des récipients appropriés d'autre part. L'acétone est un solvant et va donc attaquer la plupart des plastiques, et doit donc être conservée dans des récipients en verre, métal ou polyéthylène correctement fermés pour éviter l'évaporation qui est très rapide. Pour les petits spécimens les pots à confitures et compagnie marchent très bien. Pour tout ce qui nécessite des récipients plus gros, les bidons étanches de canyoning et compagnie sont très adaptés.

L'acétone peut ensuite être évaporée ou rincée à l'eau chaude+détergent pour retirer les graisses restantes, avant de passer à la phase de blanchiment.

Si après blanchiment il reste encore de la graisse, il est tout à fait possible de repasser au dégraissage, attention cependant à ne pas répéter le processus de trop nombreuses fois, ce qui pourrait fragiliser l'os. Et surtout, attention à ne jamais transférer un spécimen directement de l'acétone au peroxyde d'hydrogène et vice versa, les deux pouvant réagir ensembles, il faut donc toujours bien rincer le matériel entre les deux, ou bien attendre que l'acétone se soit complètement évaporée.


Quelque soit la méthode utilisée, il peut être utile de percer les épiphyses des os long, particulièrement sur les gros spécimens, la moelle contient souvent beaucoup de graisse qui peut rester prisonnière de l'os autrement. Mais ce n'est pas forcément nécessaire sur les petits spécimens.


Avant d'utiliser de l'acétone, j'ai testé d'autres produits, en particulier l'ammoniaque et le white spirit, parfois utilisés, mais sans résultats convaincants.

De nombreux produits peuvent donc être utilisés, à condition de se renseigner correctement afin de les utiliser en toute sécurité.

Voici également un lien intéressant en ce qui concerne le dégraissage:

http://ocim.revues.org/283


Un ami collectionneur, Jean-Christophe Theil (sa galerie est visible dans les liens) a remarqué que l'ajout de sel au bain de dégraissage semble accélérer le processus, mais je n'ai pas testé cette technique personnellement.


Enfin, pour avoir discuté avec différents préparateurs français et étrangers, il semble que les techniques et produits que je mentionne ici que ce soit pour le nettoyage, dégraissage ou blanchiment, ne soient pas très utilisées en France, sans que je puisse trop en expliquer les raisons.

En revanche ce sont des choses très répandues à l'étranger, en particulier chez les anglo-saxons, ou même dans d'autres pays d'Europe. Ça ressemble un peu à "l'exception française de l'ostéologie"!